Le grand retour du roman de gare-San-Antonio - Le Monde monde-diplomatique.fr/2017/04/PROLON

 

Le grand retour du roman de gare

La littérature populaire des années 1960, ces romans de genre (policier, science-fiction, érotisme…) souvent écrits à la chaîne par des auteurs spécialisés dans un registre (et parfois masqués : Benoit Becker, auteur de six réjouissantes suites à Frankenstein, n’est autre que Jean-Claude Carrière, futur scénariste de Luis Buñuel et auteur de La Controverse de Valladolid), a longtemps été dédaignée par la critique. Le parcours d’un Frédéric Dard, passé, grâce à un succès considérable, des présentoirs de gare à la respectable collection « Bouquins » chez Robert Laffont, reste hors normes. Or, aujourd’hui, des dizaines de titres reviennent en librairie. Une maison d’édition vient même de naître, qui se consacre à la revitalisation du genre : French Pulp ambitionne de sortir une centaine de livres par an. Le terme pulp vient des États-Unis, où il désignait des magazines imprimés sur du papier bon marché (à base de pulpe de bois). La fondatrice de la maison, Mme Nathalie Carpentier, épouse de l’ancien secrétaire général des éditions Fleuve noir, longtemps principal éditeur de ce type de littérature avec ses collections « Spécial police », « Espionnage » et « Anticipation », ouvre deux fronts : l’un numérique, l’autre papier. Deux mille trois cents livres (...)