San-Antonio, demandez les nouvelles !

18 juillet 2018

Twitter du 18.07.2018

  1. Tiens ? Encore un qui confond les titres de SAS et ceux de San-Antonio .... twitter.com/RonTesoriere/s

     ,

  2. Tiens ? Encore un qui confond les titres de SAS et ceux de San-Antonio ....

     

  3.  

  4. « clin d’œil à San-Antonio » 👍

     

  5. Signé San-Antonio dans Mesdames, vous aimez «ça» 1994 « De quoi en faire un livre! comme prétendent les bonnes gens qui ont une vie aussi plate qu’un court de tennis, mais qui la croient survoltée et bourrée de...

     

  6. Signé San-Antonio dans Mesdames, vous aimez «ça» 1994 « De quoi en faire un livre! comme prétendent les bonnes gens qui ont une vie aussi plate qu’un court de tennis, mais qui la croient survoltée et bourrée de sensationnel »

     

  7. Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Si tous les cons volaient, il ferait nuit » twitter.com/MarieFranceBu1

     

  8. Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Si tous les cons volaient, il ferait nuit »

     

  9. Signé San-Antonio L'archipel des Malotrus 1967« On croit q certaines gens sont intelligents alors qu’ils n’ont que d la mémoire.On s’imagine q d’autres sont bêtes parce qu’ils s contentent d réfléchirDans la vie...

     

  10. Signé San-Antonio L'archipel des Malotrus 1967« On croit q certaines gens sont intelligents alors qu’ils n’ont que d la mémoire.On s’imagine q d’autres sont bêtes parce qu’ils s contentent d réfléchirDans la vie faut choisir mes princes:s’écouter parler ou se faire entendre!»

     

  11.  

    Film La bande à papa 1956 scénario de Roger Pierre et Frédéric Dard, dialogues de Michel Audiard et Frédéric Dard. twitter.com/EmilyLe8972071

     

  12. Film La bande à papa 1956 scénario de Roger Pierre et Frédéric Dard, dialogues de Michel Audiard et Frédéric Dard.

     

Posté par sanantoniodemand à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu dans la presse La Provence Les brumes de Manchester

Article : l'humour noir de Frédéric Dard , je suis preneur pour un scan 

lesbrumes

Posté par sanantoniodemand à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Alix Karol 2018

Je ne suis pas l'auteur de cette chronique, elle se trouve en intégralité ici : http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2018/07/alix-karol-en-tout-bien-toute-horreur-assassin-pour-tout-le-monde.html

 

Alix, au pays des mers, veille…

Alix KAROL : En tout bien toute horreur & Assassin pour tout le monde.

Les éditions French Pulp entreprennent la réédition des romans d’Alix Karol, alias Patrice Dard, romans qui furent publié dans les années 1970 dans la défunte collection Espionnage du Fleuve Noir. Mais plus que des romans d’espionnage, ce sont parfois des reportages, souvent humoristiques, sur une époque qui par certains aspects n’a pas beaucoup changée, comme on pourra le lire dans le deuxième roman de ce volume double.

 

En tout bien toute horreur :

Ce premier épisode d’Alix Karol, surnommé Karolus depuis ses années de lycée, trente ans, les yeux bleus, propriétaire d’un restaurant sis à La Queue en Yvelines nommé La Pommeraie, nous met tout de suite dans l’ambiance. Ceci ne vous rappelle-t-il rien, chers amis lecteurs et fins connaisseurs ?

Sans m’étendre sur la trame de l’intrigue, je veux nonobstant parler d’un second personnage, récurrent, Bis. Bis de son prénom originel Karolus, est natif des Pays-Bas. Karol et Bis forme un curieux couple œuvrant dans la pseudo divination, la télépathie, se produisant dans des cabarets partout dans le monde. Pour ce faire, Bis est appelée Karola et est travesti en femme, ce qui d’ailleurs lui sied bien sans avoir pour autant des penchants homosexuels. Dans ce premier épisode, lors d’une attraction, Karolus, qui pratique également la prestidigitation, subtilise le cigare d’un spectateur et lui en fournit un autre, empoisonné. L’homme décède. Rentré à la Pommeraie Karolus apprend que son chien Plouk a été assassiné. 4Le numéro de duettistes auquel il se livre (pas le chien, mais Karolus) en compagnie de Bis n’est qu’une façade. En réalité ils sont tous deux membres d’une organisation mondiale, la S.S.T.M : Service Secret du Tiers Monde, dirigée par l’Inca, chargée d’organiser une forme de résistance envers les pays du bloc sino-russo-américano-européen. C’est dire qu’ils ne manquent pas de travail.

Une jeune fille serait retenue à l’ambassade de Suède au Brésil et les deux compères sont chargés de la délivrer. Seulement ils sont confrontés à la CIA et doivent déjouer les embûches dont certains représentants de cette organisation ne manquent de leur tendre. Volées de plomb à l’appui. Voilà pour l’intrigue. Mais attachons-nous aussi à la corrélation entre Dard père et Alix Karol.

Quelques passages glanés au hasard nous entraînent dans un début de réponse à la question précédemment posée, voir plus haut, je ne sais plus où exactement :

Des fois t’as des gonzesses pas plus épaisses qu’une seringue qu’ont l’entrée de service large comme la Place de la Concorde.

Moins humoristique mais tout autant révélateur :

C’est fou ce qu’on se console vite de la misère des autres.

Deux facettes, et ce ne sont pas les seules (je ne vous parle pas des scènes d’amour ou de copulation qui n’ont rien à voir dans mon propos) qui démontrent déjà un certain mimétisme, une osmose parentale dans l’écriture. Mais ceci n’est que le premier ouvrage publié et gageons que d’autres surprises nous attendent. Avançons dans nos investigations.

Ah, j’allais oublier. Deux notes en bas de pages, seulement, mais ce n’est qu’un début, supposons-le.

 

Intéressons-nous maintenant au second opus de ce volume et deuxième roman de la série Alix Karol.

Assassin pour tout le monde commence fort, très fort.

Nous retrouvons notre héros dans le métro, en train de palper une jeune femme puis lui mettre la main sous la jupe. Une erreur de sa part, tant pis il recommence ailleurs jusqu’à ce qu’il se fasse arrêter par des policiers et emmener dans une geôle. En réalité c’était une manigance, plutôt vicieuse, pour être en contact avec un détenu fiché. Seulement, l’homme se fait abattre par un troisième individu qui n’attend pas la sentence judiciaire en se tuant.

Un coup d’épée dans l’eau, mais nonobstant ce contretemps, Alix Karol se rend dans la piaule estudiantine de l’homme dont il voulait recueillir des informations. Il découvre quelques informations, noms et adresses de comparses, et se rend à un meeting d’athlétisme. Et rebelote, le sportif qu’il voulait interroger est abattu par une balle de revolver au moment où le départ était donné pour un cent mètres qu’il ne courra plus jamais.

Alix est abordé par une jeune fille qui le trouve beau, et qui n’y va pas par quatre chemins pour l’inviter dans sa couche. Elle propose même que Bis, dont nous avons fait la connaissance ci-dessus, soit de la partie car elle a une copine qui pourrait lui servir de partenaire. Autant cette sportive est belle, autant la copine est moche. Mais cela ne veut rien dire car au lit, souvent les réactions épidermiques sont inversement proportionnelles à la beauté. Bref, tout se passerait bien si une anicroche venait interférer entre les draps.

Agent de la SSTM, tout comme son ami Bis, Alix Karol doit démanteler un groupuscule terroriste qui contrecarre les plans d’une organisation palestinienne. Reformant le duo Karolus et Karolo, cette fois Bis n’est pas dans les vêtements d’une femme, les deux compères doivent se rendre près de Tozeur, dans une oasis qui doit accueillir entre autres le colonel Kadhafi. Ils vont amuser la galerie dans un spectacle de transmission de pensée digne de Mir et Miroska, pour ceux qui s’en souviennent, mais façon Pierre Dac et Francis Blanche dans le Sâr Rabindranath Duval. Puis ils devront affronter mille dangers en traversant un chott, une ancienne mer qui ressemble un peu au lac salé.

Plus une histoire de terrorisme que d’espionnage, Assassin pour tout le monde s’emberlificote un peu dans l’intrigue, donnant l’impression de passer du coq à l’âne. L’histoire est quelque peu décousue, mais c’est surtout pour l’auteur de mettre en scène des épisodes parfois farfelus, parfois angoissants. Les scènes de sexe ne manquent pas, c’était l’originalité de l’époque avec l’abolition de la censure et les films érotico-pornographiques qui n’étaient pas encore classés X.

Les divergences entre Palestiniens et Israéliens, dont la fameuse guerre des Six jours laisse alors des traces, et l’attentat des Jeux Olympiques de 1972, à Munich, attentat aux cours duquel onze athlètes de l’équipe d’Israël ont été assassinés par des membres de l’organisation palestinienne Septembre Noir, est évoqué dans le roman.

Si l’humour y est présent, c’est un humour de façade, car le sujet traité est grave. D’ailleurs les fameuses petites notes en bas de page sont absentes. Le directeur de la SSTM met les points sur les I en précisant que si Septembre Noir est en cause, il ne s’agit pas du fond du problème. C’est une alliance entre la SSTM et Septembre Noir qui est envisagée, mais comme l’un des interlocuteurs le précise :

J’ai dit que nous voulions sauver les Palestiniens ! hurle-t-il. Je n’ai jamais dit que nous voulions massacrer les juifs.

Un roman d’actualité un peu étonnant comparé aux autres ouvrages signés à l’époque Alix Karol mais qui joue avec les nerfs. Il ne s’agit pas d’un épisode de la Guerre Froide, qui opposait principalement le bloc russe au bloc occidental, mais bien une histoire de terrorisme dont les tenants et aboutissants sont mal définis. Mais à l’époque, c’était jouer avec le feu, que de donner une préférence à une nation par rapport à une autre, par rapport aux Palestiniens et aux Israéliens.

 

A lire aussi mon article sur la convergence d’écriture entre Frédéric Dard Patrice Dard et alias Alix Karol :

 

En tout bien toute horreur : Collection Espionnage N°1082. 1973.

Assassin pour tout le monde : Collection Espionnage N°1093. 1974.

Alix KAROL : En tout bien toute horreur & Assassin pour tout le monde. Collection Espionnage. Editions French Pulp. Parution le 12 juillet 2018.

ISBN : 979-1025103753

Posté par sanantoniodemand à 07:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2018

Twitter du 17.07.2018

 

  1. «Essaye de lire l'Évangile au moins cinq minutes par jour. Tu verras que ça change la vie.» «Tiens, c'est marrant ça me fait tout pareil avec San-Antonio » 👍 twitter.com/Rev_de_Presse/

     

  2. «Essaye de lire l'Évangile au moins cinq minutes par jour. Tu verras que ça change la vie.» «Tiens, c'est marrant ça me fait tout pareil avec San-Antonio » 👍

    Le Piton ajouté,

  3. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent...

     

  4. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent derrière leur regard au lieu d’en faire leur lumière extérieure. »

     

  5. Signé San-Antonio L'archipel des Malotrus 1967« On croit q certaines gens sont intelligents alors qu’ils n’ont que d la mémoire.On s’imagine q d’autres sont bêtes parce qu’ils s contentent d réfléchir Dans la vie...

     

  6.  
  7.  

    Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Traiter son prochain de con n'est pas un outrage, mais un diagnostic. » twitter.com/henrivictor/st

     

  8.  

    Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Traiter son prochain de con n'est pas un outrage, mais un diagnostic. »

     

  9.  

    San-Antonio entre en scène 1991 théâtre (monologue « Chaque jour à vivre est une victoire,Chaque jour vécu,une défaite » twitter.com/Chouny111/stat

     

  10.  

    San-Antonio entre en scène 1991 théâtre (monologue « Chaque jour à vivre est une victoire,Chaque jour vécu,une défaite »

     

Posté par sanantoniodemand à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu dans la presse Nice Matin

nicemat

Posté par sanantoniodemand à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2018

Twitter du 16.07.2018

  1. Rien ne m'impressionne, pas même un tee-shirt, j'ai moi-même des caleçons San-Antonio édités par Le Fleuve Noir à l'époque, alors...

     

  2. Signé Frédéric Dard dans Les bras de la nuit 1956 twitter.com/elen_a0/status

     

  3. Signé Frédéric Dard dans Les bras de la nuit 1956

     

  4. Signé San-Antonio dans Le trouillomètre à zéro 1987 « Mon Dieu, que Votre volonté soit fête ! » twitter.com/sylvparis/stat

     

  5. Signé San-Antonio dans Le trouillomètre à zéro 1987 « Mon Dieu, que Votre volonté soit fête ! »

     ,

  6. Je suis curieux d'apprendre d'où peut provenir cette « citation » de Frédéric Dard ? twitter.com/fredboot/statu

     

  7. Je suis curieux d'apprendre d'où peut provenir cette « citation » de Frédéric Dard ?

     

  8. Allez, pas de déprime ! Tout d'abord vous pouvez relire les San-Antonio vous y découvrirez toujours un truc nouveau, ensuite vous avez les Frédéric Dard, les interviews, préfaces, théâtre, etc....le tout pour une cinquantaine d'années encore !

     

Posté par sanantoniodemand à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2018

Twitter du 15.07.2018

 

  1. « offre toi un San-Antonio » Quel que soit le sujet, de toute façon, c'est un bon conseil ! twitter.com/JeanDududu/sta

     

  2. « offre toi un San-Antonio » Quel que soit le sujet, de toute façon, c'est un bon conseil !

     

  3. Dans un San-Antonio Faites chauffer la colle 1993 mais signée Frédéric Dard « A force d’être déçu par les autres, je finirai bien par croire en moi. » twitter.com/corinnemathie/

     ,

  4. Dans un San-Antonio Faites chauffer la colle 1993 mais signée Frédéric Dard « A force d’être déçu par les autres, je finirai bien par croire en moi. »

     

  5. Signé San-Antonio dans Concerto pour porte-jarretelles 1976 « Un dicton auvergnat assure que c'est au moment de payer ses impôts qu'on s'aperçoit qu'on n'a pas les moyens de s'offrir l'argent que l'on gagne. »...

     

  6. Signé San-Antonio dans Concerto pour porte-jarretelles 1976 « Un dicton auvergnat assure que c'est au moment de payer ses impôts qu'on s'aperçoit qu'on n'a pas les moyens de s'offrir l'argent que l'on gagne. »

     

  7. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent derrière...

     

  8. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent derrière leur regard au lieu d’en faire leur lumière extérieure. »

     

  9. Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Un homme intelligent peut faire le con, un homme con ne peut pas faire l'intelligent. » twitter.com/GeorgesleP/sta

     

  10. Signé San-Antonio dans Les Con 1973 « Un homme intelligent peut faire le con, un homme con ne peut pas faire l'intelligent. »

     

  11. La seconde, signée San-Antonio dans En long, en large et en travers « — Pour certains, lui fais-je, le mariage est une corne d’abondance, mais pour d’autres, c’est une abondance de cornes, chacun son lot, bonhomme !»...

     

  12. La seconde, signée San-Antonio dans En long, en large et en travers « — Pour certains, lui fais-je, le mariage est une corne d’abondance, mais pour d’autres, c’est une abondance de cornes, chacun son lot, bonhomme !»

     

  13. Pas tout à fait pour la 1ère ! Signé San-Antonio dans Vas-y Béru 1965 «Je n’insiste pas. San-A., vous le savez mes belles, c’est pas le genre crampon. Les sœurs c’est comme les godasses : ça va ou ça ne va pas....

     

  14. Pas tout à fait pour la 1ère ! Signé San-Antonio dans Vas-y Béru 1965 «Je n’insiste pas. San-A., vous le savez mes belles, c’est pas le genre crampon. Les sœurs c’est comme les godasses : ça va ou ça ne va pas. Quand ça va, ça va bien, mais quand ça ne va pas je laisse quimper.»

     

  15. SVP je ne vous insulte pas, moi, restez polie, mais je vous mets au DÉFI de prouver vos dires !

     

Posté par sanantoniodemand à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les brumes de Manchester Loriol du Comtat

http://www.loriolducomtat.fr/fr/evenement/163879/atc-amateur-theatre-comtat

 

'voir également article précedent). 

du 17/07/2018 au 21/07/2018 de 20:15 à 23:30



Les Amateurs de Théâtre du Comtat nous présentent une des rares pièces écrite par Frédéric DARD, plus connu de tous pour être l'auteur des célèbres "SAN ANTONIO" : Les Brumes de Manchester.

Lieu

Théatre de Verdure

Adresse

Place de la Mairie - 84870 Loriol-du-Comtat

Tarif

4.00 € - 12.00 €

Posté par sanantoniodemand à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

/the-gravediggers-bread

Je ne suis pas l'auteur de cette chronique, elle se trouve ici, https://nudge-book.com/blog/2018/07/the-gravediggers-bread-by-frederic-dard/

et sa traduction est celle de Google. 

 

The Gravediggers’ Bread by Frédéric Dard

 

The Gravediggers’ Bread opens with a wry comic tone as we enjoy Blaise’s jaundiced view of the world, he is a deeply cynical character. As that fades and the dark tale of secret obsessions progresses, it all becomes more disturbing. The Gravediggers’ Bread is an homage to The Postman Always Rings Twice, with more than a nod to Double Indemnity, it’s clear Dard took inspiration from Cain’s writing. Only don’t think this is mere copying because there are a couple of sophisticated plot shifts and character dynamics that make this an original thriller. It has much more wit than Cain or any of his French contemporaries. The Gravediggers’ Bread has a tone and style all of its own. The wiring is fast paced, taut and spare and the novel is loaded with insight into the way people think and act when they are in love and when they feel betrayed.

According to his Parisian friend Fargeot, Blaise is a pessimist, but Fargeot isn’t the one who took an early train to the provinces in search of a job vacancy that has already been filled. Blaise phones Fargeot from the little town post office to say he will be back in the city on the next train. But before he leaves the booth he discovers a wallet on the floor. It contains a photograph of the beautiful, if dishevelled, blond woman who used the phone just before him. It also has ff 8,000 (a lot when you are unemployed), a photo of a man and an address. As he looks at the photo of the woman he decides to do the decent thing and return the wallet. “With hindsight I think my crisis of conscience owed more to the town than to Germaine Chastain. I needed to create a happy memory to combat the dissolution aroused in me by this smug little place.” Monsieur Chastain chides his wife for losing her wallet but he doesn’t see that Blaise has pocketed the photo of the man because it is not the husband. Chastain, much older than his wife, offers Blaise a job at his undertaking firm as a salesman. “The good thing about our profession is that we’re protected against unemployment, you see. Of course, we had a little dip when penicillin came along….” he says. All the time Blaise is avoiding Germaine, but that night she comes to his hotel to thank him and to ask a favour. She wants him to deliver a message to her lover, explaining that her husband won’t let her leave the house the next day to meet him. Blaise confesses that after a few short hours he thinks he is in love with Germaine, “You may or may not believe me, but jealousy was gnawing at my insides….” Already the presence of a lover in the nearby village of Pont-de-l’Air has complicated The Postman Always Rings Twice scenario but be ready for more twists and turns.

Blaise and Germaine have a complex relationship, the guilt/remorse theme derived from Therese Raquinis subverted as the story develops. Other characters can be difficult, also complex, just when you begin liking someone they do something unpleasant and shake your faith in them. The story has real psychological depth and a sense of poetic justice. Very noir in the American tradition, much more frank and open in the French tradition. The prose is spare, as I have said but so much is packed into this small novel of less than 160 pages.

This is the fifth Dard novel to be translated into English for Pushkin Vertigo in the last two years and each of them is a real treat. Dard is often described as a disciple of Simenon, but heretical as it may sound, I prefer Dard. He has a unique take on events and is a consummate storyteller. How these novels were not translated when published, in this case in 1956, is a mystery I can’t fathom because they are so damn good. These novels rank among the best of French crime fiction. If you are a fan of Cain or Simenon you will love Dard.

 

The Gravediggers’ Bread by Frédéric Dard
Pushkin Vertigo Jun 2018

">

Le pain des fossoyeurs par Frédéric Dard

 

Le pain des fossoyeurs s'ouvre sur un ton comique ironique alors que nous apprécions la vision dégoûtante de Blaise sur le monde, il est un personnage profondément cynique. Au fur et à mesure que cela s'estompe et que le sombre récit des obsessions secrètes progresse, tout devient plus dérangeant. Le pain des fossoyeurs est un hommage à The Fingers Always Rings Twice , avec plus qu'un clin d'œil à Double Indemnity , il est clair que Dard s'est inspiré de l'écriture de Cain. Seulement, ne pensez pas que ce soit une simple copie, car il y a quelques changements d'intrigue sophistiqués et une dynamique de caractère qui en font un thriller original. Il a beaucoup plus d'esprit que Caïn ou aucun de ses contemporains français. Le pain des fossoyeursa un ton et un style qui lui est propre. Le câblage est rapide, tendu et libre et le roman est chargé d'un aperçu de la façon dont les gens pensent et agissent quand ils sont amoureux et quand ils se sentent trahis.

Selon son ami parisien Fargeot, Blaise est un pessimiste, mais Fargeot n'est pas celui qui a pris un train tôt pour les provinces à la recherche d'un poste vacant qui a déjà été rempli. Blaise téléphone à Fargeot du bureau de poste de la petite ville pour dire qu'il sera de retour en ville dans le prochain train. Mais avant qu'il quitte la cabine, il découvre un portefeuille sur le sol. Il contient une photographie de la belle, si échevelée, femme blonde qui a utilisé le téléphone juste avant lui. Il a aussi ff 8.000 (beaucoup quand vous êtes au chômage), une photo d'un homme et une adresse. Alors qu'il regarde la photo de la femme, il décide de faire le geste décent et de retourner le portefeuille. "Avec le recul, je pense que ma crise de conscience devait plus à la ville qu'à Germaine Chastain. J'avais besoin de créer un joyeux souvenir pour combattre la dissolution suscitée en moi par ce petit endroit suffisant. Monsieur Chastain reproche à sa femme d'avoir perdu son portefeuille mais il ne voit pas que Blaise a empoché la photo de l'homme car ce n'est pas le mari. Chastain, beaucoup plus âgé que sa femme, offre à Blaise un emploi dans son entreprise en tant que vendeur. "La bonne chose à propos de notre profession, c'est que nous sommes protégés contre le chômage, voyez-vous. Bien sûr, nous avons eu un petit creux lorsque la pénicilline est arrivée ... ", dit-il. Tout le temps Blaise évite Germaine, mais cette nuit-là elle vient à son hôtel pour le remercier et lui demander une faveur. Elle veut qu'il envoie un message à son amant, expliquant que son mari ne la laissera pas quitter la maison le lendemain pour le rencontrer. Blaise avoue qu'au bout de quelques heures il se croit amoureux de Germaine: «Vous pouvez me croire ou non, mais la jalousie me rongeait les entrailles ....Le scénario du facteur toujours sonne deux fois , mais soyez prêt pour plus de rebondissements.

Blaise et Germaine ont une relation complexe, le thème culpabilité / remords dérivé de Thérèse Raquinest subverti au fur et à mesure que l'histoire se développe. D'autres personnages peuvent être difficiles, aussi complexes, juste quand vous commencez à aimer quelqu'un, ils font quelque chose de désagréable et ébranlent votre foi en eux. L'histoire a une profondeur psychologique réelle et un sens de la justice poétique. Très noir dans la tradition américaine, beaucoup plus franc et ouvert dans la tradition française. La prose est éparse, comme je l'ai dit mais tellement emballée dans ce petit roman de moins de 160 pages.

Ceci est le cinquième roman de Dard à être traduit en anglais pour Pushkin Vertigo dans les deux dernières années et chacun d'eux est un vrai régal. Dard est souvent décrit comme un disciple de Simenon, mais hérétique que cela puisse paraître, je préfère Dard. Il a une vision unique des événements et est un conteur accompli. La façon dont ces romans n'ont pas été traduits lorsqu'ils ont été publiés, en l'occurrence en 1956, est un mystère que je ne peux pas comprendre parce qu'ils sont si bons. Ces romans se classent parmi les meilleurs de la fiction policière française. Si vous êtes fan de Cain ou de Simenon, vous adorerez Dard.

 

Le pain des fossoyeurs par Frédéric Dard 
Pushkin Vertigo juin 2018

Posté par sanantoniodemand à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2018

Twitter du 14.07.2018

  1. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent...

     

  2. Signé San-Antonio dans Fais-moi des choses 1978 « Toute ma vie j’ai essayé de mettre mes yeux à l’unisson de mon âme. Beaucoup trop de gens se servent au contraire des leurs pour tricher ; ils se dissimulent derrière leur regard au lieu d’en faire leur lumière extérieure. »

     

  3. Signée Frédéric Dard dans Batailles sur la route 1949 « C'est en s'oubliant qu'on parvient à être soi-même » twitter.com/patrickmorin93

     

  4. Signée Frédéric Dard dans Batailles sur la route 1949 « C'est en s'oubliant qu'on parvient à être soi-même »

     

  5. San-Antonio dans Je le jure 1975, réutilisée ensuite en 1991 dans San-Antonio entre en scène (monologue-théâtre) : « Je suis un vieux fœtus blasé. Ma vie m'aura servi de leçon. Je ne recommencerai jamais plus. »...

     

  6. San-Antonio dans Je le jure 1975, réutilisée ensuite en 1991 dans San-Antonio entre en scène (monologue-théâtre) : « Je suis un vieux fœtus blasé. Ma vie m'aura servi de leçon. Je ne recommencerai jamais plus. »

     

  7. Signé San-Antonio dans La queue en trompette 1997 « une voix aigre comme un dégueulis à la bière » Il n'est jamais question de vomir de la soupe, même au choux. twitter.com/Mercede4834811

     

  8. Signé San-Antonio dans La queue en trompette 1997 « une voix aigre comme un dégueulis à la bière » Il n'est jamais question de vomir de la soupe, même au choux.

     

  9. San-Antonio à propos de Lady Di dans Après vous s'il en reste, Monsieur le Président 1986 « Toutes les princesses de rêve finissent avec la bouille de Mme Pipi.» twitter.com/BayaKanane/sta

     

  10. San-Antonio à propos de Lady Di dans Après vous s'il en reste, Monsieur le Président 1986 « Toutes les princesses de rêve finissent avec la bouille de Mme Pipi.»

     

  11. San-Antonio Buffalo bide 91«Vivre est désolant,parfois.Mais c qui complique tout,c’est la promiscuité.Quand je pense qu’1 fois à l’horizontale,sur le bld des allongés,il faudra côtoyer du cadavre les mêmes connards...

     

  12. San-Antonio Buffalo bide 91«Vivre est désolant,parfois.Mais c qui complique tout,c’est la promiscuité.Quand je pense qu’1 fois à l’horizontale,sur le bld des allongés,il faudra côtoyer du cadavre les mêmes connards qu’au temps de la verticale,j’ai des picotis dans les aumônières»

     

  13.  

    Signé San-Antonio dans Sucette boulevard 1976 « . Remarque, tous les Juifs ont peur, seulement ce qui fait leur force c’est qu’ils assument courageusement leur peur. Et il vaut mieux un peureux qui assume sa peur...

    Le Piton ajouté,

  14. Signé San-Antonio dans Sucette boulevard 1976 « . Remarque, tous les Juifs ont peur, seulement ce qui fait leur force c’est qu’ils assument courageusement leur peur. Et il vaut mieux un peureux qui assume sa peur qu’un courageux qui gaspille son courage. »

     

  15. La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de...

     

  16.  

    La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de...

     

  17. La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de prélat,ni cette détermination qui font les vrais chefs. »

     ,

  18. a citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de prélat,ni cette détermination qui font les vrais chefs. »

     ,

  19. La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de prélat,ni cette détermination qui font les vrais chefs. »

     

  20. La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de...

     

  21. La citation à la mode du jour quelque peu tronquée : Signée San-Antonio dans Le dragon de Cracovie 1998 « un élément positif de la Camorra, plein de fougue et d'audace, mais n'obtiendrait jamais cette habileté de prélat,ni cette détermination qui font les vrais chefs. »

     

Posté par sanantoniodemand à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]